Pages Navigation Menu

Communiqué : La Basilique de la Nativité, patrimoine de l’Humanité

JERUSALEM – Communiqué : le Patriarcat latin de Jérusalem salue l’inscription, vendredi 29 juin, de l’église de la Nativité de Bethléem, en Cisjordanie, au Patrimoine mondial. Le site du «Lieu de naissance de Jésus», comprend également la route de pèlerinage.

Le Patriarcat latin de Jérusalem salue l’inscription, vendredi 29 juin, de l’église de la Nativité de Bethléem, en Cisjordanie, au Patrimoine mondial. Le site du «Lieu de naissance de Jésus», comprend également la route de pèlerinage,

Le Patriarcat tient à souligner que Bethléem, avant d’être le premier site palestinien inscrit sur la liste de l’Unseco, appartenait déjà au Patrimoine de l’Humanité quand on sait que 2 milliards de chrétiens vénèrent le lieu ainsi qu’1 milliard de musulmans qui reconnaissant Jésus comme un prophète. Soit la moitié de l’humanité. Pour le Patriarcat, cette déclaration de l’Unesco est donc en soi très positive

Le fait que l’Autorité palestinienne ait travaillé pour cette déclaration montre aussi une victoire diplomatique. Bethléem fait partie des Territoires Palestiniens, c’était donc pour l’AP un droit et même un devoir.

Ceci dit, ce n’est pas le point unique qu’il faut relever.

Dans cette décision de l’Unesco, il y a aussi l’image que les Palestiniens s’intéressent aux Lieux saints chrétiens et qu’ils ont, d’autre part, le désir d’encourager les pèlerinages et le tourisme religieux. Pour mémoire, Bethléem est le premier site touristique des Territoires Palestiniens (deux millions de visiteurs en 2011).

Le Patriarcat fait remarquer également que ce classement au Patrimoine de l’Humanité manifeste l’intention de protéger ces Lieux saints contre les intempéries du temps ou tout autre risque.

Il existe un règlement interne, le Statu quo, qui règle les relations entre les différents communautés chrétiennes et leurs droits et devoirs par rapport au fonctionnement et à l’entretien de la Nativité. Il est souhaitable que l’Unesco et l’Autorité Palestinienne respectent cette particularité et n’interviennent que dans les cas exceptionnels.