Pages Navigation Menu

La 24ème journée mondiale du malade se tiendra à Nazareth (Benoît XVI)

journée maladeALLEMAGNE – Le 11 février, lors des Journées Mondiales du Malade 2013 à Altötting (Allemagne) auxquelles participait Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo, vicaire patriarcal latin à Nazareth, le Légat Pontifical de Benoît XVI a annoncé que la prochaine journée mondiale solennelle du Malade se tiendrait à Nazareth en 2016. Un grand applaudissement a accueilli cette annonce pontificale. Récit de ces journées (du 8 au 12 février), teintées par l’annonce de la renonciation du Pape alors que le groupe était dans son village natal. 

« Chers malades et vous tous qui composez la grande et splendide famille unie par la charité au milieu du monde de la souffrance et de la santé, s’il plaît à Dieu, en 2016 nous célébrerons, d’une façon solennelle, la 24ème Journée Mondiale du Malade, nous mettant à l’écoute de l’invitation de la Vierge Marie à être dociles à la volonté de son Fils, là même où cette parole a résonné, c’est-à-dire en Terre Sainte et plus particulièrement à Nazareth ».

Un grand applaudissement a accueilli cette annonce du pape Benoît XVI lue par le Légat Pontifical au sanctuaire d’Altötting, le 11 février 2013, à la conclusion des célébrations solennelles de la Journée Mondiale du Malade 2013. Se réalise ainsi un vœu chaleureusement porté par le Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, qui salua avec enthousiasme cette initiative du Pape, par tous les pasteurs et la population chrétienne de Terre Sainte, ainsi que par l’évêque Giacinto-Boulos Marcuzzo, vicaire patriarcal latin à Nazareth, présent aux célébrations d’Altötting.

Cette année, la journée solennelle du malade s’est célébrée au sanctuaire marial d’Altötting, au Sud-est de la Bavière, du 8 au 12 février, autour du thème du Bon Samaritain : « Va, et fais toi aussi de même » (Lc 10,37). Cette journée est célébrée chaque année à un niveau local (diocèses et paroisses) et d’une façon solennelle tous les trois ans (comme pour les journées des jeunes et des familles). Elle a toujours lieu près d’un sanctuaire marial, sous la présidence d’un légat pontifical, dans ce cas l’évêque Zygmunt Zimowski, président du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé. C’est d’ailleurs ce Conseil qui organisa les différentes journées, avec la collaboration locale des diocèses et institutions de Passau, Eichstätt-Ingolstadt et Munich.

1)      Journée médicale-éthique à l’Université catholique de Reichstett-Ingolstadt

Le 7 et 8 février, l’université catholique d’Eichstätt-Ingolstadt (l’unique université catholique en Allemagne) a organisé un symposium de haut niveau sur les défis médicaux et éthiques  du point de vue chrétien qu’affronte la santé aujourd’hui. Y assistèrent la délégation du Conseil Pontifical (une trentaine de personnes), une cinquantaine d’évêques, prêtres, religieux et laïcs représentants les conférences épiscopales, les institutions qui travaillent avec les malades (Ordres hospitaliers comme les Fatebenefratelli, l’Unitalsi, le groupe Follereau et d’autres), les évêques des diocèses voisins, dont le Cardinal Rheinhard Marx de Munich, et deux cents participants locaux, professeurs et étudiants. 

Les conférenciers, expliquant divers aspects du message du Pape,  intervinrent sur les thèmes suivants : une présentation littéraire et théologique de la parabole du Bon Samaritain ; la compassion et la compréhension dans la santé moderne ; le médecin, une vocation spirituelle ; sens de la maladie dans la théologie du salut ; la charité et le service d’église peuvent-ils devenir institutionnalisés ? Religiosité, spiritualité et psychothérapie peuvent-ils marcher ensemble ? La formation professionnelle chrétienne des médecins ; collaboration Etat-Eglise dans la santé ; santé, environnement et éthique ; la personne malade entre la famille et l’Etat ; LLL : Leben, Leiden, Lieben (vie, souffrance et amour).

Mgr G.B.Marcuzzo a admiré la compétence professionnelle et la solidité doctrinale et pastorale chrétienne des intervenants. Il a ardemment souhaité que les universités de Bethléem et de Madaba, ainsi que les 9 hôpitaux chrétiens et 8 maisons pour personnes âgées de Terre Sainte puissent préparer des médecins avec ce bagage culturel, professionnel et chrétien complet.

2) La journée pastorale à Eichstätt et Munich

Le 9 février, des visites-rencontres à des hôpitaux et maisons pour personnes âgées ont été organisées. La délégation du Conseil Pontifical a visité le Klinikum de Schwabing et le fameux hôpital de Groshadern de l’Université Ludwig Maximilian qui, grâce au P. Ekhahrd Frick, s’est spécialisé dans les soins palliatifs.

Une visite très intéressante fut aussi organisée à la ‘Caritas-Altenheim Sainte Elisabeth’ d’Eichstätt tenue par la Caritas diocésaine, où les personnes âgées sont insérées dans un contexte très proche de leur milieu familiale. Des petites célébrations paraliturgiques y sont célébrées, basées sur des gestes simples que tous peuvent accomplir. Cela exige un nombre élevé de personnel, souvent des volontaires, qui ‘perdent’ volontiers leur temps, convaincus que ce qui est absolument vital pour la personne âgée est de se sentir encore ‘importante’, digne d’attention et d’amour.

Des moments de prière, messes ou paraliturgies rythmaient le programme des visites. Une messe pour les malades fut célébrée par le Cardinal Marx à l’église Saint Michel dans laquelle sont conservées les reliques des saints frères médecins Cosme et Damien, appelés les apôtres ‘anargyres’. Ils étaient d’origine orientale arabe, et furent proclamés patrons des médecins et des pharmaciens.

3) Journée liturgique et officielle à Altötting

a) le sanctuaire d’Altötting proche de Benoît XVI

journée malade 2

La soirée du dimanche 10 et la journée du 11 février furent proprement consacrées à la journée du malade. Altötting a une longue tradition mariale qui remonte au 12ème siècle et qui est devenu le centre de pèlerinage le plus important dans l’Allemagne méridionale et les pays voisins. La Gnadenkapelle, qui conserve l’ancienne et fameuse petite statue de la Vierge Noire, est littéralement couverte de milliers d’ex-voto. Y émane une atmosphère de prière et de recueillement impressionnante.

C’est le sanctuaire par excellence du pape Benoît XVI. Né en 1927 à Marktl am Inn, à seulement 12 Km d’Altötting, la Gnadenkapelle fut le centre des dévotions de sa famille, de ressourcement de sa spiritualité et de l’éclosion de sa vocation.

Le 10 au soir, la prière solennelle des Vêpres fut présidée par le Nonce Apostolique en Allemagne, Mgr Jean-Claude Perisset en présence du Légat pontifical, Mgr Zygmunt Zimowski, et de l’évêque diocésain de Passau, Wilhelm Schraml, qui prêcha l’homélie, et d’une dizaine d’évêques, beaucoup de prêtres et chanoines, religieux et fidèles.

b) Procession aux flambeaux sous la neige et messe solennelle

Une procession accompagna le Saint Sacrement à la chapelle de l’Adoration – contigüe, voulue et inaugurée par le pape Benoît XVI en 2000 –  suivie d’une veillée d’adoration. Une longue procession aux flambeaux, avec la statue de la Vierge Noire, se déroula ensuite sur la grande esplanade de la chapelle, sous la neige, à – 9° degrés, et se termina à la Gnadenkapelle.

Lundi 11 février eu lieu la messe solennelle présidée par le légat pontifical, qui prêcha l’homélie (ici en italien). Une douzaine d’évêques et 70 prêtres ont concélébré la messe avec la participation de 500 fidèles dont une cinquantaine de malades. Cinq évêques administrèrent l’onction sacramentelle aux malades présents.

c) La prochaine journée  solennelle à Nazareth en 2016

A la fin de la messe, Mgr Zymowski fit cadeau à la Gnadenkapelle d’une relique du Bienheureux pape Jean-Paul II (un petit morceau d’étoffe tâché de sang sorti  au moment de l’attentat du 13 mai 1981), promoteur de cette journée mondiale du malade. Arriva ensuite le moment solennel de l’annonce du prochain sanctuaire où se tiendront les journées solennelles mondiales du malade en 2016. Le choix, fait par le Pape, se porta sur Nazareth : « La Terre Sainte et plus particulièrement Nazareth, avec le thème ‘Faites tout ce qu’il vous dira’ » (Jn 2,5) (texte de l’annonce ici en italien). Un grand applaudissement suivit cette proclamation et Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo, présent, prit la parole, « au nom du Patriarche et de tous les Pasteurs de Terre Sainte, pour remercier le Saint Père et le Conseil Pontifical pour la pastorale de la Santé pour cet heureux choix ». Il promit aussi, « de faire tout le possible, d’entente avec l’Assemblé des Ordinaires catholiques  de Terre Sainte, pour bien préparer cette prochaine journée solennelle du malade d’une façon digne de Nazareth ».

Avec le rite  de l’indulgence plénière liée spécialement à cette journée, la bénédiction du légat et une autre procession conclusive à la Knadenkapelle clôtura joyeusement  et fructueusement la XXème journée solennelle du malade.

c) Surprise de la renonciation du Pape !

Maison natale de Benoit XVI

Maison natale de Benoit XVI

C’était vers midi. Les célébrants rentraient à la sacristie et les fidèles commençaient à se disperser quand, comme un éclair, une nouvelle arriva aux oreilles de tous : le Pape venait d’annoncer sa renonciation ! Toute la foule se pétrifia, les cardinaux, évêques et prêtres se figèrent. Dans l’incrédulité totale tous se regardaient, naviguaient dans leur IPhone pour chercher une confirmation qui arriva, en fait, presque immédiatement. Le vaticaniste, qui accompagnait la délégation officielle, Sig. Mario Ponzi, remit au nonce et aux évêques le communiqué même du Pape en latin.

C’était donc vrai ! Quelques-uns se mirent en prière, d’autres se réservèrent un moment de réflexion la tête entre les mains, et la plupart, en petits groupes, commentaient à voix basse la nouvelle. Dans la surprise la plus totale, rendu encore plus sensible par le fait que nous étions dans le sanctuaire du Pape et que nous étions sur le point de partir pour aller visiter la maison natale, tous gardèrent quand même une profonde sérénité en se partagent les sentiments d’admiration et de respect pour l’humilité, le courage et le responsabilité de ce pape bavarois, fils de cette terre bénie d’Altötting, homme de Dieu habitué à décider librement, après mûre réflexion et, comme unique motif de son agir, « le bien de l’Eglise ».

d) Réception à la Municipalité et visite à la maison natale de Joseph Ratzinger

Le maire d’Altötting, Herbert Hofauer, un homme fier de sa petite ville et enthousiaste de sa vocation mariale – il jumela Altötting avec toutes les plus grandes villes mariales du monde – voulut à tout prix organiser une réception officielle pour une trentaine d’hôtes et leur faire signer le beau livre d’or de la ville.

Les deux cars des délégations officielles accompagnèrent les participants à Marktl am Inn, le village natal de Joseph Ratzinger. Celle-ci était, après la nouvelle bouleversante de la renonciation du Pape, littéralement envahie de journalistes à l’affût de tout visiteur. La visite fut tout de même très intéressante à cause aussi de la transformation de la maison en musée où, passant d’une chambre à une autre, on pouvait parcourir les différentes étape de l’enfant Joseph, du séminariste, du jeune prêtre, du théologien, de l’évêque, du cardinal et du pape Benoît XVI, avec toute sa production théologique.

Le passage à l’Eglise paroissiale où il fut baptisé, le jour même de sa naissance, le samedi saint 19 avril 2027, compléta merveilleusement cette  visite décidemment inoubliable.

De notre correspondant.

Photos de R. K.

journée malade album