Pages Navigation Menu

« Un nouveau camp de réfugiés s’ouvre à Zarqa » annonce Caritas Jordanie

Syrian refugees are seen at the Za'atri refugee camp in the Jordanian city of MafraqAMMAN – Après avoir visité hier 200 familles réfugiées dans la paroisse latine de Zarqa en Jordanie, le Cardinal Sarah, Président du Conseil pontifical Cor unum, ouvre ce matin à Amman les travaux de l’Assemblée annuelle de Caritas MONA (Moyen-Orient et Afrique du Nord). L’un des thèmes abordés lors de ces deux journées (20-22 février) sera celui de l’accueil des réfugiés syriens en Jordanie (380 000 à ce jour) pour lequel la Caritas joue un rôle essentiel. Wael Suleiman, Directeur de la Caritas Jordanie, répond à nos questions sur les défis de la situation actuelle et à venir.

Quel sont les plus grands besoins des 75 000 réfugiés que Caritas Jordanie accueille à ce jour ?

Les réfugiés accueillis par Caritas ont besoin de tout. Absolument de tout. Ils arrivent en Jordanie sans rien et ils ont besoin de notre aide et de notre soutien jusqu’au jour où ils pourront rentrer chez eux.

Comment Caritas s’organise-t-elle en temps, en espace et en ressources humaines face à l’afflux des réfugiés ?

Nous sommes une grande famille, une grande confédération et nos partenaires sont toujours là pour nous aider à accueillir ce nombre toujours plus grand de réfugiés attendus au cours des prochains mois.

Concernant les ressources humaines, nous sommes en train d’engager plus de personnel, mais nos réelles ressources pendant cette crise viennent aussi de nos Volontaires. Nous avons un programme depuis 12 ans à Caritas appelé « programme des Volontaires » qui nous permet d’avoir des personnes de grande qualité. Ils voient leur travail comme une mission pour laquelle ils œuvrent avec nous dans chaque centre, soutenant et aimant chaque frère et sœur qui souffrent.

Quand à l’espace disponible, je dois remercier d’une façon très spéciale notre Eglise bien-aimée et nos prêtres dans les différentes régions de Jordanie : ils ont tout ouvert pour nous et ils facilitent la mission de Caritas pour que nous puissions nous préparer au mieux pour la suite.

Aux vues des difficultés que vous rencontrez, qu’attendez-vous de l’Assemblée Annuelle de Caritas ?

Partager et écouter. Et prier pour une vraie paix dans notre région bien-aimée. La réunion ne portera pas que sur cette question des réfugiés parce que c’est la Conférence MONA (ndrl : Moyen-Orient et Afrique du Nord) et d’autres questions sont aussi à finaliser dans la région. Mais bien sûr, cela sera aussi un moment pour parler ensemble de cette situation.

Comment imaginez-vous les mois à venir pour Caritas, les autres organisations et le royaume de Jordanie ?

Un plus grand nombre de réfugiés syriens vont continuer d’arriver en Jordanie. Nous nous attendons à 300 000 personnes dans les 6 prochains mois. Nous essayons d’être prêts en tant que Caritas et bien sûr, avec les autres organisations aussi. La Jordanie est un pays qui a des ressources limitées, mais avec un grand cœur et une claire vision de la mission, nous continuerons à recevoir le peuple syrien. La semaine prochaine nous allons ouvrir un nouveau camp à Zarqa ; l’ouverture d’un troisième camp est aussi possible.

Propos recueillis par Amélie de La Hougue