Pages Navigation Menu

Mur de séparation : lettre ouverte des Palestiniens chrétiens au pape François

Mur_CremisanJERUSALEM, 29 avr 2013 (AFP) – La communauté palestinienne chrétienne des environs de Bethléem (Cisjordanie) a adressé lundi une lettre (voir ici sur notre site page 1 et page 2) ouverte au pape François protestant contre une décision israélienne de bâtir un mur de sécurité qui va séparer Bethléem de la ville de Jérusalem au profit de colonies.

« Nous sommes menacés de voir la plupart de nos terrains confisqués par l’occupant militaire israélien qui a déjà commencé à construire le fameux mur “annexant la terre palestinienne chrétienne” », écrivent les représentants de la ville chrétienne de Beit Jala, près de Bethléem, dans une lettre au Pape obtenue par l’AFP.

Les signataires accusent les autorités israéliennes de vouloir « séparer Bethléem et les régions avoisinantes de Jérusalem et de nos lieux saints ».

« Votre sainteté, votre élection nous a apporté l’espérance que les choses changeraient. Nous avons encore espoir », poursuit la missive envoyée au moment où le Pape s’apprête à recevoir cette semaine le président israélien Shimon Peres, « un des principaux auteurs de la politique israélienne de colonisation en Palestine occupée », selon le texte.

La justice israélienne s’est prononcée la semaine dernière en faveur de la construction du mur de séparation dans la vallée palestinienne de Crémisan, près de Bethléem. Une commission spéciale d’appel, statuant sur les confiscations de terre, a rejeté les recours présentés par les propriétaires fonciers de Crémisan et par la Société Saint Yves de Jérusalem, une association catholique de défense des droits de l’Homme qui représentait les religieuses d’un couvent salésien également affectées par le tracé du mur.

Depuis plus d’un siècle, les Palestiniens chrétiens de Beit Jala, à proximité de Bethléem en Cisjordanie occupée, cultivent les coteaux de Crémisan, célèbres pour leur vignoble – qui produit le vin de messe de Terre Sainte – et leur communauté monastique salésienne.

Mais la construction de la barrière israélienne, que les Palestiniens ont baptisée « mur de l’apartheid », doit séparer Bethléem, Beit Jala et les villages voisins de la vallée de Crémisan qui va basculer du côté israélien de la clôture.

Les Palestiniens de la région sont convaincus que le tracé du mur a pour objectif de les spolier de leurs terres. Ils accusent Israël d’avoir programmé l’annexion des zones limitrophes de Bethléem afin de séparer cette ville palestinienne de Jérusalem, distante de seulement cinq kilomètres.

La plainte des agriculteurs de Crémisan, un vallée pittoresque de 170 hectares, remontait à 2006. Les plaignants n’ont plus comme seul recours que de saisir la Cour suprême israélienne.

Dans un avis rendu le 9 juillet 2004, la Cour internationale de justice (CIJ) a jugé la barrière illégale et exigé son démantèlement, de même que l’Assemblée générale de l’ONU. Israël excipe de raisons sécuritaires pour justifier sa construction.

« Construire le mur dans la région de Bethléem (…) est une attaque contre le tissu social palestinien et la présence palestinienne chrétienne », a affirmé à l’AFP Nabil Chaath, un dirigeant de l’OLP et du Fatah (nationaliste).

« Séparer Bethléem de Jérusalem pour la première fois dans l’Histoire, spolier les Palestiniens, la plupart chrétiens, de leurs terres pour bâtir et étendre des implantations coloniales, des murs et des check-points israéliens, est un crime cruel qui diminue encore les chances de paix basée sur deux Etats (palestinien et israélien) », a estimé M. Chaath.

Source : AFP