Pages Menu
Categories Menu

Posté on 3 Juin 2014 in Dialogues, Synode, Œcumenisme

Bartholomée et François en marche vers Nicée 2025

Bartholomée et François en marche vers Nicée 2025

Varie del viaggio in Terra Santa 25 maggioNICEE- Le pape François et le patriarche orthodoxe Bartholomée Ier de Constantinople prévoient une rencontre œcuménique en 2025 à Nicée (aujourd’hui Iznik en Turquie), marquant l’anniversaire du Concile de 325 durant lequel le Credo commun aux Eglises d’Orient et d’Occident fut proclamé.

 

Durant son pèlerinage de trois jours en Terre Sainte, François n’a cessé de « jeter des ponts ». Un triduum fulgurant qui marque vraisemblablement le début d’une nouvelle ère, celle du dialogue vers la Paix dont la prière ce dimanche au Vatican sera le signe, mais aussi celle de l’avancée sur le chemin de l’Unité.

 

Nicée 2025 : fruit de la rencontre en Terre Sainte entre le Patriarche et le Pontife, de leur déclaration commune signée sur le Monts des Oliviers, et de leur prière commune sur le Tombeau du Christ dans la Basilique de la Résurrection à l’occasion du 50e anniversaire de la rencontre à Jérusalem du patriarche Athénagoras et du pape Paul VI.

 

La déclaration commune signée le 25 mai 2014 par le Pape et le Patriarche, faisait part de la volonté commune de continuer de marcher ensemble vers l’unité ». Le prochain grand rendez-vous, a annoncé le patriarche de Constantinople à l’agence catholique missionnaire italienne Asianews sera «  une nouvelle rencontre à Nicée en 2025, pour célébrer tous ensemble, après 17 siècles, le premier synode vraiment œcuménique qui a donné lieu au Credo ».

 

Le premier Concile de Nicée en 325 avait réunis ensemble plus 300 évêques, d’Orient et d’Occident, et avait abouti à la promulgation du Credo ou “Symbole de Nicée”: une seule profession de Foi pour tous les baptisés, réaffirmant notamment la divinité du Christ à l’égal du Père, en réponse notamment à l’hérésie arienne répandue à l’époque.

 

Le patriarche a également confié à AsiaNews que « le dialogue pour l’unité entre catholiques et orthodoxes repart de Jérusalem. Dans cette ville, en automne prochain, il y aura la rencontre de la Commission mixte catholique – orthodoxe, accueillie par le patriarche grec orthodoxe Théophile III. Le chemin est long, tous doivent s’engager sans hypocrisie ».

 

« Jérusalem, a poursuivi le patriarche, est le lieu, la terre du dialogue entre Dieu et  l’homme, l’endroit où s’est incarné le Logos de Dieu. Nos prédécesseurs Athénagoras et Paul VI ont choisi ce lieu pour briser des siècles de silence entres les deux Eglises sœurs ».

 

«  J’ai marché avec mon frère François sur cette Sainte Terre non pas avec la crainte de Cléophas et Luc sur le chemin conduisant à Emmaüs, mais inspiré par une vive espérance, comme Notre seigneur nous l’enseigne », a souligné le patriarche œcuménique.

 

Myriam Ambroselli