Pages Menu
Categories Menu

Posté on 4 Fév 2017 in Vie spirituelle, Voix des prêtres

Homélie du 5ème dimanche de l’année A

Homélie du 5ème dimanche de l’année A

 

Le 5ème dimanche de l’année  A, 2017 ap. J.-C !

Plus de « Jésus-Christ », plus de crèche, plus de crucifix?

Donc, plus de saveur, plus de lumière, plus de famille,

Plus de bonheur!

(1 Cor 2, 1- 5; Mt 5, 13- 16)   (par P.P. Madros)

 

Suppression des expressions « avant, après  Jésus-Christ »

Il paraît que le gouvernement français, avant de finir son mandat, a imposé, d’une façon absolument pas démocratique, l’élimination systématique de la manière chrétienne ou philo-chrétienne de calculer le temps. Notons qu’elle est la seule dans le monde civilisé depuis au moins cinq siècles, sinon depuis 532 A.D., rétroactivement, grâce au pape Jean 1 er et au génie de moine scythe-arménien, Denys le Petit. En 1905 sortit un autre décret non démocratique, obligeant le peuple à la « laïcité » quand plus de 90 pour cent des Français étaient catholiques et croyants. Une oligarchie, un petit nombre, sans référendum, a décidé la laïcité. Par contre, ces mêmes courants « sécularisés » ont toujours fait preuve de « tolérance, accueil, respect » des dénominations non chrétiennes. Désormais, il devrait être clair que tous ces mouvements sont franchement antichrétiens. Mais le Christ et l’Eglise « en ont vu d’autres ». Ils survivront. Ils approfondiront leur présence et leur mission, dans la discrétion et l’humilité.

Voilà donc, un petit exemple, Alexandre le Grand, mort en 323 avant « notre ère ». A l’église, proclamons-le tout haut « avant Jésus-Christ ». Et, même pour les adversaires les plus farouches, « notre ère » n’est rien d’autre que celle de  » Jésus-Christ »!

Cette interdiction « peu » chrétienne et « peu » catholique continuera-t-elle après avril prochain, 2017 « de notre ère »? Pauvre « fille aînée de l’Eglise », bien malmenée! Par contre, à propos de terroristes non chrétiens et de « convertis » devenus carrément djihadistes, « pas d’amalgame »: ce sont des « jeunes », des « marginalisés ». Si nous avons bien compris, la mairie de Paris ne manque jamais de célébrer un beau banquet, chaque année, pour la fin du ramadan… Ouverture, accueil, tolérance, respect… unilatéraux. Alors, la mairie de Riadh ou de  Rabat (Maroc) devrait donner un banquet pour Pâques, non?

 

Eh, le curé, où sont les lectures de ce dimanche?

Nous y étions, mais il faut expliciter la pensée! Saint Paul, n’en déplaise aux « philosophes » de Corinthe, aux rabbins ultra-monothéistes, donc à nos laïcistes d’aujourd’hui, n’hésite pas « à annoncer Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié »! Les « laïcs » païens de son temps, qui se gargarisaient d’éloquence et de sagesse (comme les nôtres qui se définissent comme « rationalistes »), rejettent « la folie de la croix » ou plutôt celle d’un jeune homme illuminé simplet crucifié. Les Juifs ne l’accueillent pas davantage! Pour eux, il constitue une « pierre » pas d’angle mais d’achoppement. Pas possible qu’il soit le Roi Messie sur un gibet!

Le prétexte change, mais le mouvement contre Jésus-Christ est le même! « On veut pas de symboles chrétiens parce qu’on est laïc! On veut pas du Crucifié parce qu’on est bien pensant grec et parce qu’on veut, en tant que Juif, un Messie glorieux »! Et quand « le vide religieux se fait », quelque peu comblé par un militantisme islamique violent, on fait semblant de n’avoir rien vu ni entendu. « Tout le monde il est beau, tout le monde, il est gentil! » Et « tout va très bien, Madame la Marquise! »

 

Pas de sagesse, pas d’éloquence!

On dirait que saint Paul avait prévu notre temps aussi, où on effectue des tergiversations des circonlocutions, des syllogismes plutôt des sophismes, jusqu’à faire interdire, indirectement, de dire « Joyeux Noël », aux Etats-Unis d’Obama. Il y a belle lurette que la croix et le crucifix ont été balancés (bien que « balance du monde », nous dit la Liturgie). Les Saoudiens, dans leur allergie anti-croix, ne savent toujours quoi faire avec le drapeau de la Suisse, entre autres. Plus que la « croix », les banques helvétiques leur  conviennent! Là, on comprend mieux: le dieu Mammon vaut mieux que le Seigneur dénudé et crucifié;  des « prophètes » sensuels, comme un Joseph Smith, les « arrangent mieux » qu’un Nazaréen chaste et pauvre!

Saint Paul reculerait-il aujourd’hui, en cachant crucifix  et « petit Jésus »? Jamais de la vie! Et nous, au moins dans nos églises et nos maisons, devenues catacombes, et parfois obligées à la clandestinité, nous ne proclamerons que « Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié »!

 

Plus de Christ, plus de sel, plus de lumière, plus de bonheur (Mt 5)

Un ami Palestinien chrétien nous a récemment expliqué les béatitudes dans le sens d’une marche. Donc, « en avant les pauvres… en avant les affligés »: ne vous découragez pas! Si vous permettez, cette explication semble plus raisonnable qu’une résignation laconique ou une joie, un peu malsaine, dans le malheur! L’hébreu « ashrei » signifierait donc: « En avant, en marche, ne traînez pas, les enfants matraqués, tenez bon! Vous serez satisfaits et récompensés! »

Nous aimons bien comprendre le « Vous êtes le sel de la terre » comme adressé à nous tous, pas seulement aux pauvre bougres! Après tout, nous aussi, sans fausse humilité,  on est de braves gens! Oui, Jésus donne une saveur, un sens à la vie! Prétentieux? Non! Figurez-vous que, pour notre existence ici-bas,  le seul sens (à savoir « signification » et « direction ») réside dans l’acceptation de la souffrance et de la mort jusqu’à leur transformation en réalités porteuses de vie! Là, vous avez beau chercher: Platon, Aristote, les stoïciens (tiens, les fameux philosophes de Corinthe), le Talmud, Bouddha…Il n’y a rien à faire! Faut pas chercher midi à quatorze heures: seul le Crucifié nous libère magistralement de « l’absurde », de « la nausée », du « néant » des existentialistes athées! Seul le Crucifié nous sauve du suicide (celui des nantis blasés et des misérables désespérés) et du suicide-homicide qu’on appelle en japonais « kamikaze »!

 

Un exemple frustrant: une ville insipide et « cynique »: San Francisco!

Au numéro un, semble-t-il, de la technologie, cette métropole, en principe chrétienne et de fondation franciscaine catholique, a plus de chiens que d’enfants! D’où l’adjectif ou l’épithète « cynique », du grec « kuon », chien! Celui-ci a beaucoup de « signification »! Mais, tout de même, un bébé humain, beaucoup plus, non?

Ici, nous tombons d’accord avec le fameux empereur romain Vespasien. Il avait inventé justement les « vespasiennes ». A qui lui reprochait qu’il s’agissait d’une affaire peu élégante et peu propre, il n’a pas hésité à répondre, en faisant sentir l’argent qu’elles rapportaient: « Il ne sent pas mauvais, lui! » Oui, sauf, que l’argent absolutisé et divinisé ne sent pas du tout et il fait perdre toute sauveur, toute valeur aux personnes et aux choses!

Voyons la gravité de la situation: quand l’enfant, la famille ne veulent plus rien dire, supplantés par les animaux domestiques et les unions stériles! Quand un tour du monde (ou un téléviseur colossal) vaut mieux qu’une nouvelle vie dans le foyer! Quand la mort devient plus souhaitable que la vie (dans l’avortement et l’euthanasie), les sociétés non seulement ne goûtent plus la douceur de l’Evangile, la beauté du foyer, mais dégustent la mort des  innocents, des malades, et se délectent dans les perversions de la sensualité et l’art du cynisme qui jubile en voyant les cadavres et criant « Allah est plus grand! »

Jésus n’a pas manqué de dénoncer « le prince de ce monde » de ténèbres, éminent menteur, et « homicide dès le début »! Il agit dans l’obscurité et a peur du soleil! Il cache ses intentions et camoufle ses procédés! Au lieu de « marcher » comme les bienheureux félicités par Jésus, le démon fait des détours, dans les « dissimulations honteuses », comme écrit Paul aux Corinthiens. Il dit une chose pour une autre. Il manipule individus et sociétés par la fausseté et le faux-semblant. Son « oui » signifie souvent « non » et vice versa! Et quand ses méfaits sont dénoncés, au grand jour, il les justifie par « la liberté », le « choix », le « respect de la dignité humaine », la « diversité », l’émancipation, « l’ouverture d’esprit »…

 

Conclusion

Il ne faut pas nous lasser, honnêtement, d’objecter à Jésus: « Maître, comment pouvons-nous, pauvres pécheurs, être la lumière du monde? » Et le Seigneur nous répond par son apôtre Paul, toujours aux Corinthiens: « Dieu, qui, des ténèbres a fait briller la lumière, a illuminé nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face du Christ » (2 Cor 4, 6).